Réflexions

Repenser notre modèle de développement pour revenir à l’essentiel (Gaël Giraud – Colibris)

< 1 min

Gaël Giraud est directeur de recherche au CNRS en économie, fondateur de la chaire énergie et prospérité (ENS, Ecole Polytechnique et ENSAE), professeur à l’École nationale des Ponts Paris Tech’. Il est aussi ancien économiste en chef de l’Agence Française de Développement et enfin prêtre jésuite.

Il est interviewé par Vincent Tardieu du magazine Colibris le 16 avril sur le thème : « Repenser notre modèle de développement pour revenir à l’essentiel ».

Il nous encourage à réexaminer nos priorités, à ne pas oublier que l’homme est un être connecté à ses semblables et à son environnement. Notre développement nécessitera de prendre soin de ces relations, de s’attacher à leur qualité.

Chacun de nos besoins, selon Gaël Giraud n’est pas à nier ou à étouffer (nourriture, activité, mobilité, communication) mais à réorienter en tenant compte de nos priorités; faire différemment, avec une intention différente.

Il pointe aussi l’interdépendance que l’Homme a avec son écosystème; elle peut être aussi bénéfique que néfaste, l’essentiel est d’instaurer un « dialogue pacifique avec le Terre ».

A la question sur les besoins communs, il nous propose de considérer la « surabondance gratuite », celle qu’une mère donne à son enfant sans compter. Elle créé un espace de développement plus serein. Elle engendre la confiance et n’exclut pas les échanges ni les relations commerciales.

Enfin Gaël Giraud nous met en garde contre la tentation de brader nos idéaux démocratiques en pensant que ce mode de gouvernement réduit la réactivité nécessaire à la gestion de la crise. La transparence et la collégialité sont des facteurs de sortie de crise plus efficaces car il encouragent la réflexion et la créativité.

CRÉDIT PHOTO: Image par NickyPe de Pixabay

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci !

Nos rédacteurs sont prévenus.