Réflexions

De l’intérieur interviewe Jean Fabre

< 1 min

S’appuyant sur sa longue expérience, Jean Fabre nous éclaire sur les risques qui nous attendent et met en miroir notre 20ème siècle avec les défis qui nous attendent pour rebâtir la famille humaine.
Après avoir été pendant 10 ans le N°2 du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à Genève, il partage sa vision sur les inégalités et les interdépendances
ainsi que sur le rôle de l’ONU.

Cette interview fait partie de la série De l’intérieur produite par le projet Imagine que j’ai présentée dans l’article précédent « De l’intérieur interviewe Bertrand Badie ».

Jean Fabre rappelle que notre dignité est d’agir selon nos valeurs plutôt que d’en parler. Il nous explique que le confinement est un luxe frappé lui aussi par les inégalités de notre monde. L’embrasement social n’est pas le moindre des risques dans le sillage de cette pandémie.

Au travers d’une comparaison avec un organisme vivant, il pointe la nécessité de cohésion et d’ordre pour assurer notre pérennité. Cette interdépendance à défaut d’harmonie est la condition d’existence de l’humanité.

Il nous invite à oser la fraternité. Il n’est plus temps de cultiver la théologie de la concurrence et les jeux de pouvoir qu’elle engendre pour laisser place à une solidarité qui fera grandir chacun de nous.

CRÉDIT PHOTO : Image par Gerd Altmann de Pixabay

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci !

Nos rédacteurs sont prévenus.